Le parc en action

Eau


Imprimer cette page

Préserver les ressources en eau potable du territoire

Les ressources en eau potable du territoire du Parc, très majoritairement souterraines, sont soumises à de nombreuses pressions polluantes. Elles sont notamment vulnérables à trois types de pollutions :

- Les nitrates : ils peuvent être d’origine agricole, avec les fertilisants, mais également d’origine domestique, causés par des dysfonctionnements des dispositifs d’assainissement (fuites de réseaux, dysfonctionnement de station d’épuration …)
- Les pesticides : ces molécules sont utilisées par les agriculteurs pour protéger les cultures, mais également par les collectivités pour l’entretien des espaces publics, et les particuliers pour le jardinage
- La turbidité : ce type de pollution est la conséquence du ruissellement et de l’érosion des terres agricoles ; les ruissellements ainsi chargés en matières en suspension peuvent facilement rejoindre la nappe par le biais du réseau karstique, très développé en Haute-Normandie.
D’autres polluants générés par les activités humaines (industries et artisanat, transports) peuvent également menacer la qualité de la ressource : hydrocarbures, substances dangereuses, etc.
La garantie d’une eau potable de qualité passe par l’information et la coopération entre les gestionnaires de captages d’eau potable, et l’ensemble des acteurs de l’aire d’alimentation du captage (collectivités, professionnels, particuliers, etc.). La protection des captages d’eau potable est un enjeu majeur pour notre société, et nécessite l’engagement de tous.

Le Parc a ainsi mis en place des actions visant à préserver la ressource en eau potable :

- Accompagnement des maîtres d’ouvrages dans la protection des aires d’alimentation des captages d’eau potable
Cette action passe notamment par la réalisation d’audits techniques des périmètres de protection des captages d’eau potable (proposition de mesures permettant de renforcer leur protection) ; et par la conduite d’actions innovantes avec les gestionnaires de captages (exemple : mise en œuvre de la gestion écologique du périmètre de protection immédiat du captage du Trait, une démarche en cours sur d’autres captages).

- Participation à l’alimentation de la base de données cartographique du BRGM (Bureau des Recherches Géologiques et Minières) concernant les points d’accès directs au sous-sol par l’eau (bétoires, etc.)

- Accompagnement des agriculteurs dans leurs démarches de développement durable en promouvant la contractualisation sur des objectifs de qualité de la ressource dans les aires d’alimentation de captage.

- Appui technique aux porteurs de projets afin qu’ils intègrent la préservation de la ressource (projet de carrières, ZAC, etc.)

- Conduite d’actions de sensibilisation et de responsabilisation des habitants pour une meilleure gestion qualitative et quantitative de l’eau (classes d’eau, réunions publiques, rencontres avec les élus, etc.)

- Accompagnement de toutes les collectivités volontaires vers une démarche « zéro phyto ».






  • Twitter (nouvelle fenêtre)