Les richesses du parc

Faune


Imprimer cette page

Le bourdon

Le bourdon est assez commun dans nos jardins, reconnaissable au bruit de son vol et son allure rondouillarde. De la famille des apoïdes, comme les abeilles, les bourdons vivent en colonies, avec une reine et des ouvrières. Mais à la différence des abeilles, c’est la reine qui créé la colonie, après avoir passé l’hiver à l’abri. Elle doit commencer la construction du nid, récolter la nourriture (nectar, pollen) et même parfois, après l’apparition des premières ouvrières, veiller sur sa progéniture. Les ouvrières composent 95 % de la colonie, les 5 % restant étant des mâles, présents uniquement pour féconder la reine. Comme les abeilles, les ouvrières doivent défendre la colonie et donc possèdent un dard. Contrairement aux idées reçues donc, les bourdons piquent ! Mais leur piqure n’est pas douloureuse, et ils n’attaquent pas l’homme. 37 espèces sont recensées en France et leur intense activité de butinage (même par mauvais temps), leur aptitude à visiter certaines fleurs au nectar difficile d’accès grâce à leur langue plus longue que celle des abeilles, leur vitesse de butinage, en font des pollinisateurs extrêmement efficaces. Avec leurs pattes, ils transportent le pollen de plantes en plantes, assurant une bonne variété génétique, et une qualité de graine supérieure. C’est pour cette raison que beaucoup de maraichers importent des colonies de bourdons dans leurs cultures, même sous serre où ils y vivent bien, car ils augmentent la productivité. Ils sont recommandés pour les fraises, tomates et courgettes, entre autres. Mais bien sur, comme les abeilles, leur survie est menacée par les pesticides et la disparition de milieux naturels. Laissez-les butiner en paix, vos légumes n’en seront que meilleurs…


  • Twitter (nouvelle fenêtre)