Les richesses du parc

Faune


Imprimer cette page

Le criquet ensanglanté

Le criquet ensanglanté, stetophyma grossum, est un orthoptère du sous ordre des Coelifères (criquets) et de la famille des Acrididae. Il est vert olive à brun, les femelles sont souvent maculées de rouge pourpré. Le bord antérieur des tegmina (ailes antérieures) présente une strie jaune et la face inférieure des fémurs postérieurs est généralement rouge.
La taille varie beaucoup, oscillant entre 12 et 25 mm chez les mâles, 26 et 39 mm chez les femelles. Les imagos (adultes) se montrent entre juillet et octobre. Les oothèques qui renferment les oeufs sont déposés au niveau du sol, soit légèrement enterrés, soit parmi la végétation basse.
Le criquet ensanglanté fréquente exclusivement les endroits humides, notamment les prairies hygrophiles exploitées de façon extensive et les biotopes riverains. Toutefois, l’adulte évite ordinairement les secteurs à sphaignes des tourbières bombées.
Quelques sites du Parc font l’objet de prospections orthoptériques, et permettent de localiser l’espèce en plusieurs endroits.
Autrefois largement répandue, l’espèce a beaucoup décliné dans les dernières décennies, victime du drainage, de l’assèchement et de la destruction de ses biotopes. L’espèce constitue ainsi un excellent indicateur de l’intégrité des milieux humides. Du fait des atteintes portées aux zones palustres, le criquet ensanglanté compte aujourd’hui parmi les orthoptères gravement menacés d’extinction.
Le Parc, en protégeant des zones humides, agit positivement sur l’espèce.


  • Twitter (nouvelle fenêtre)