Les richesses du parc

Faune


Imprimer cette page

Le hanneton

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le hanneton fait tout pour se faire mal voir des jardiniers : adulte, il dévore les feuille des arbres, tandis que sa larve le ver blanc, s’attaque aux racines. Ce qui conduit forcément à l’ire des jardiniers et des maraichers. Cependant, il ne faut pas pour autant en conclure un tableau si noir que cela. Tout d’abord parce qu’il constitue un repas de choix pour les auxiliaires du jardin que sont les oiseaux, les hérissons, les taupes, les blaireaux. Les chouettes et les chauves-souris chassent sans relâche les adultes maladroits, ce qui a pour conséquence d’améliorer leurs nichées.
Les ravages que le hanneton occasionne en dévorant les feuilles des arbres restent généralement sans conséquences. Si un arbre est effeuillé en quelques jours, il provoque une nouvelle poussée de feuilles et poursuit sa croissance dans l’année. A moins d’être déjà très affaibli, il n’en mourra pas. Les larves posent plus de problèmes en provoquant la mort des plants nouvellement repiqués. Pour éviter ce carnage, des binages réguliers éliminent les larves, en surface par temps humide. Et ne pas tondre la pelouse trop rase gêne les femelles, qui préfèrent pondre dans des endroits déserts. Aucune lutte biologique n’existe mais les insecticides sont bien évidemment à proscrire puisqu’ils auraient un effet sur toute la faune. Un phénomène surprenant est néanmoins à expliquer, la pullulation de hannetons certains étés. Impressionnant, cette manifestation est moins fréquente qu’autrefois et est naturelle. Elle se produit environ tous les trois ans, le temps d’un cycle pour les larves, qui grossissent en consommant les racines des graminées, des plantes ornementales et des légumes.


  • Twitter (nouvelle fenêtre)