Les richesses du parc

Faune


Imprimer cette page

Le rouge-gorge

Le rouge gorge familier est certainement un des passereaux les plus appréciés avec la mésange. Il s’approche aisément du jardinier en égayant son labeur de son chant incessant, reconnaissable par une série de gazouillis répétitifs avec des arrêts brusques en été. Son chant est en revanche plus doux en automne. Mais ce chanteur infatigable, avec son jabot orangé qui lui donne un air si attendrissant, est plutôt trompeur. Avec son caractère bien trempé, il voit rouge à la vue d’un de ses congénères sur son territoire. Le rouge-gorge est un des oiseaux les plus agressifs, les combats entre mâles vont parfois jusqu’à la mort, pour la seule quête d’un territoire. Ainsi, si vous en voyez fréquemment un dans votre jardin, vous pouvez être sur qu’il s’agit toujours du même individu. Du moins sur une même saison, car le rouge gorge migre aisément. Ceux présent chez nous en hiver migrent vers le sud en été, à l’inverse de ceux qui passent l’hiver en Scandinavie migrent sous nos latitudes aux beaux jours.
Le rouge gorge est un oiseau d’origine forestière, très terrestre, qui trouve sa nourriture au sol parmi les insectes, mollusques et vers de terre. Ce qui en fait une des victimes favorites des chats. En hiver, il se nourrit de baies mais sur des périodes de frimas prolongés, il ne sera pas contre de la graisse ou quelques miettes de pain que vous lui laisserez. Il fait deux pontes par an, voir trois, de 6 à 7 œufs chacune, les petits sont indépendants au bout de trois semaines. Son espérance de vie est de trois ans environ. L’espèce se porte très bien, avec une augmentation de 53 % des populations depuis 1989.


  • Twitter (nouvelle fenêtre)